News

C’est vraiment intense – Nap Eyes en interview

Nap Eyes (Credit Alex Blouin + Jodi Heartz)

Plus ouvert, plus accessible et parfois même avec des airs étonnamment accrocheurs : « Snapshot Of A Beginner », le quatrième album studio de la formation canadienne de rock indie Nap Eyes se démarque de ses prédécesseurs avec une énergie remarquable. Était-ce le plan ? Qu’est-ce que Mark Zuckerberg a à voir avec le groupe dans l’ici et maintenant ? Et quelle est l’importance de ces questions, même en temps de Corona ? Nous avons rencontré le chanteur et penseur en chef de Nap-Eyes, Nigel Chapman, pour une interview et lui avons demandé.

Blog de musique : Nigel, le monde est actuellement en état d’urgence. La crise de la couronne s’aggrave presque partout. Comment faites-vous face à la situation actuelle ?

Nigel Chapman : Oh, c’est assez effrayant. Je veux dire qu’ici, au Canada, nous n’avons pas autant de cas de maladie qu’aux États-Unis ou en Europe. Mais tout cela peut changer. En ce moment, les choses semblent plutôt détendues ici à Halifax. Mais je pense que ce n’est qu’une question de temps avant que les choses ne deviennent dramatiques ici au Canada.

Blog de musique : C’est déjà un fait que vous devez reporter la tournée au nouvel album « Snapshot Of A Beginner ». A quel point cela vous fait-il mal ?

Nigel Chapman : C’est un coup dur pour nous. Nous avions prévu une quarantaine de concerts, plus quelques dates passionnantes pour l’été. Pour l’instant, nous ne pouvons pas planifier de concerts avant le mois d’août au plus tôt. C’est vraiment intense, d’autant plus que nous voulons vraiment jouer les nouvelles chansons en direct. L’album est en boîte depuis quelques jours maintenant.

Blog de musique : Jusqu’à ce que le système revienne à la normale, les clips vidéo doivent être utilisés comme des remplacements en direct. Le clip du single « Mark Zuckerberg » est un exemple assez drôle. De quoi parle la chanson ?

Nigel Chapman : Lorsque nous avons cherché le premier single pour l’album, nous nous sommes tous mis d’accord assez rapidement sur le fait que « Mark Zuckerberg » serait le bon choix. La chanson parle simplement de la façon dont les gens transforment différentes informations en sentiments comme la peur, l’insécurité ou même l’étonnement. La photo de Mark Zuckerberg correspond parfaitement. Je veux dire, il y a tellement de secrets et d’histoires passionnantes sur ce type.

Blog de musique : Le contenu est enfermé dans des structures musicalement inhabituellement accessibles. On ne le sait pas de vous dans cette clarté. Comment en est-on arrivé là ?

Nigel Chapman : Il n’y a pas de moyen facile de l’expliquer. Je pense que nous avons toujours eu un pied sur cette base solide plus accessible. Nous n’avons juste jamais complètement sauté par-dessus, si vous voyez ce que je veux dire. Encore une fois, je ne dirais pas que nous avons une direction complètement nouvelle. Mais il est vrai qu’il y a de nombreux moments sur l’album où nous sommes plus ouverts et transparents. Cela rend automatiquement l’ensemble plus accrocheur et plus accessible, je pense.

Blog de musique : Plus accrocheur musicalement, plus personnel en termes de contenu : c’est ainsi que je presserais l’image globale sous forme de miniature. Allez-vous faire cela ?

Nigel Chapman : C’est très court. (rires) Mais oui, c’est un peu juste. Comme je l’ai dit, je pense que nous sommes restés fidèles à notre style autant que possible. Mais il y a aussi de nouvelles choses à découvrir. C’est important, après tout, c’est une question de développement. Et j’essaie de préparer et de transporter mes pensées et mes sentiments de manière à ce que l’auditeur puisse établir un lien. Bien sûr, il s’agit avant tout de mon traitement personnel. Mais si je parviens à faire en sorte qu’un auditeur quelque part dans le monde se sente interpellé et connecté, alors cela est au moins aussi précieux.

Blog de musique : Au début de votre carrière musicale, vous utilisiez encore le mode solo pour vous connecter avec d’autres personnes. Pourquoi avez-vous décidé d’opter pour le mode « groupe » à un moment donné ?

Nigel Chapman : J’avais déjà eu une expérience de groupe au lycée. Mais ce n’était pas une chose mature, c’était plutôt pour le plaisir. Mais je savais que je voulais faire plus avec la musique. J’ai donc essayé par moi-même. Mais à un moment donné, il n’était plus vraiment adapté.

Je n’avais pas le savoir-faire technique et je n’étais pas non plus le genre de personne qui pouvait approcher les gens sans problème. J’étais assez timide et je ne savais pas grand chose de la production et de l’organisation. Avec le groupe, tout était beaucoup plus facile à l’époque. Grâce à eux et à leurs capacités individuelles, j’ai beaucoup appris. Le tout s’est développé de façon organique. Je pense que chacun d’entre nous s’est développé grâce au groupe, non seulement en tant qu’artiste mais aussi en tant que personne.

Blog de musique : Merci beaucoup pour l’interview.

Ne manquez aucune annonce de concerts !

Nous gardons vos données privées Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Rudy Riviera
À propos de l'auteur

Rudy est un passionné de lives et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleures annonces de concert et les meilleures news musicales !
Articles similaires
News

The National - collecte de fonds pour l'équipage

News

Impératrice de - Je suis votre Impératrice de

News

Miki (feat. Curse) - Fire - Première vidéo

News

Josh Homme et Iggy Pop - American Valhalla - Projection en ligne pour les fans