News

Muzicity – Talk Show – En direct du Molotow, Hambourg

MusikBlog - Talk Show - En direct du Molotow, Hambourg

Plein, mais pas du tout confortable, est l’arrière-cour du Molotow. Enfin, la musique en direct à nouveau. Une lueur d’espoir. Assis sous le ciel ouvert. Avec un confortable 11 degrés. Avec le talk-show.

Au moins, il ne pleut pas. Le commerce des jardins de bière est déjà là depuis plus longtemps, puisque quelques semaines aussi des concerts. Point de fuite plus sûr sur St. Pauli. Beaucoup de respect, de distance, de masques, de lumières de fées romantiques. Il n’y a guère d’autre endroit plus exemplaire qu’ici.

Déjà à 18 heures, il y a plus de personnes dans la file que ce qui est autorisé à entrer. Mais on n’ose même pas imaginer comment cela peut être rentable financièrement avec un maximum de 70 invités. C’est bien que le Molotow le fasse quand même.

DAMEFRISØR prend le départ. Six jeunes hommes de Bristol. On a trop mis l’accent sur la décontraction et le cool hard-boiled. Les vêtements sont définitivement issus d’un Pick’n Weight.

Un tapis épais avec un bourdonnement sale. Accompagné d’un chant pointu. Post-punk multicouches. Une belle entrée qui apporte de l’énergie contre le froid.

« Notre premier spectacle en dehors de l’Angleterre ». Comme ils aimeraient être vraiment durs. Kazhi am Micro assume la responsabilité globale de l’émission. Son anti-charisme emphatique ne parvient pas à recouvrir complètement son charisme existant.

Le reste de la troupe joue en s’ennuyant jusqu’au bout. Keyboarder Sam n’est probablement pas physiquement sur scène du tout et n’est qu’une illusion. La gamme vocale varie du chant au drame et à l’intonation sombre avec des emprunts gothiques. Le groupe s’adapte à cela.

Le point culminant de la dernière piste. Basse et batterie lentement réduites au début. Des mots simples, reliés entre eux. L’accumulation constante dans la compression va super dans l’oreille et le ventre. Belle phrase musicale à la fin des 30 minutes. Nous pourrions entendre à nouveau les gars à l’avenir.

Ensuite, le Talk Show va droit au but sans aucun préliminaire. Est-ce que nous avons une année vraiment merdique pour tous les groupes et toute l’industrie ? Je ne sais pas. Les quatre de Londres ont une scène et c’est le seul endroit où cela se passe en ce moment. Et c’est cool.

Ils sont tous de bonne humeur et de bonne humeur. Cléo à la batterie est pleine de sourires. « Un, deux, trois, quatre ». Il faut qu’elle profite tout de suite de ce petit bout d’allemand. Et s’en réjouit comme d’un gâteau au miel.

La « peur » les fait craquer. La mélodie s’efface dans le fond, mais ne se perd pas. Ils n’étaient pas complètement inactifs. Depuis le début de l’année, ils ont apporté quatre nouveaux titres et les ont mixés avec des titres connus.

Le tableau stoïque et résistant aux coups de pied alterne avec une mélodie intelligente. La complexité et la possibilité de danser remplissent le jardin intérieur. Un post-punk puissant avec des influences new wave sombres.

« Je me demande ce qu’ils t’ont dit, dit, dit, si tu dis la vérité » A peine un deuxième Harrison se tient tranquille. Il s’agite sur le bord de la scène et raconte au monde avec des mots grognons.

Chloe McGregor à la batterie et Harrison Swann au micro partagent l’attention sur scène. La machine à énergie rayonnante de bonne humeur tire une quantité incroyable de la batterie réduite et est tout simplement heureuse de tout.

Et le conteur, avec sa hanche qui bouge et son index qui réprimande, est vraiment bouleversé et, d’une certaine manière, amicalement en colère. La tension musicale entre les deux est vraiment crépitante.

Avec « Stress », le son devient de plus en plus condensé sous la voix laconique et monotone. Pour finalement exploser sur le dernier morceau « Fast And Loud ». Leur tout premier single est exactement cela. Rapide et fort. « Ha !! Ha !! Ha !! Ha !!! » il souffle dans la nuit. La banque de bière devient un râtelier de torture. Il est difficile de s’asseoir.

Puis déjà fini après un peu plus d’une demi-heure. Il est clair qu’il lui faut encore quelques devoirs et de nouvelles pièces. A l’exception d’un morceau, ils ont joué tout leur matériel.

L’audience a néanmoins été pleinement captée, avec des applaudissements durables. La file d’attente pour le PE passe une fois dans toute la cour. Le groupe est également super heureux. « Comme c’était génial ce soir. Nous avons fait des concerts pires devant moins de monde ».

Comme c’est bien qu’il y ait des îles où de tels événements peuvent être réalisés. Croisez les doigts pour que ce ne soit qu’un début et que la vie culturelle reprenne progressivement et ne s’arrête plus.

Ne manquez aucune annonce de concerts !

Nous gardons vos données privées Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Rudy Riviera
À propos de l'auteur

Rudy est un passionné de lives et il n'hésites pas à creuser le web pour vous trouver les meilleures annonces de concert et les meilleures news musicales !
Articles similaires
News

Muzicity - Calexico - Hear The Bells

News

Muzicity - C'était et c'est tout simplement ma vie

News

Muzicity - Singe arctique - Nouvel album

News

Muzicity - Voici le kit